29 mars 2018

Le plus sympa des gardiens de troupeaux !

 Patou Salon de Provence Gardien de troupeaux 2

Ce n’est pas parce que je protège mon troupeau de brebis des attaques de loup, que je suis agressif avec les humains. Plus sympa « tu meurs », je me présente "Monsieur câlin aux yeux doux" ! Et en plus, je pose….

Patou Salon de Provence Gardien de troupeaux -2

Aujourd’hui, tandis que son compère faisait la sieste, j’ai pris le temps de photographier ce magnifique patou, de « faire connaissance » puisqu'il en manifestait l'envie, et de discuter avec l’éleveur sur son exploitation, un anti-loup. Cet éleveur n’a pas pris de vacances depuis plus de 6 ans !

Durant 6 mois de l’année, son troupeau de moutons, ses deux patous et son âne rejoignent les Alpes-de-Haute-Provence pour paître dans les hauteurs du côté de Saint-André-les-Alpes. Grâce à ces deux sentinelles de premier rang, son âne et le travail d’un berger, cet éleveur qui gère 600 têtes d’ovins n’a jamais subi la prédation du loup ! Preuve que la cohabitation « est possible » avec les grands prédateurs si l’on s’en donne les moyens, aides financières à l’appui.

Seule ombre à ce tableau bucolique (pas pour tout le monde, je sais !) : les moutons vont rejoindre l’abattoir dès l’âge d’un an !

 Patou Salon de Provence Gardien de troupeaux - Et en plus je pose 2

Conseil : ne pas s'approcher d'un troupeau gardé par des chiens, il vaut mieux le contourner pour laisser le(s) protecteur(s) faire son travail tranquillement et ne pas rajouter à son stress. Ici, il n'était pas en phase de "surveillance" .

Pour en savoir plus sur les bons comportements à adopter en cas de rencontre avec un chien de garde.
http://www.auvergne-rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/en-cas-de-rencontre-avec-un-troupeau-et-des-chiens-a4010.html

Ou encore cette vidéo de Agridéo en Suisse.

Posté par ghislaine_let à 22:26 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


11 mars 2018

Petit pied en équilibre ou les pieds dans le plat !

Pied dans le plâtre

He oui ! J’ai découvert en fin d’année dernière le désagrément d’avoir le pied dans le plat  ! Zut dans le plâtre ! Lorsque j’ai subi la chute et la fracture, (peu douloureuse en vérité), ma première pensée a été « Il faut que tu lèves le pied », en clair que je ralentisse le rythme…En racontant mes mésaventures à l’un de mes amis, celui-ci m’a claironné « Je vois, ils te cassent les pieds ! », peut-être ai-je simplement somatisé, ou trop pris les choses au pied de la lettre ? Entre temps, une autre personne sur Facebook (bête comme ses pieds ?) m’a gentiment soutenue en comparant mon long congé maladie de plus d’un mois à des vacances, comme si au final dans cette affaire « J’allais prendre mon pied ! » . Malgré tout, je me suis résignée à cette situation d’immobilité forcée, aux piqûres journalières dans le ventre et à pied d’œuvre , je me suis mise au travail pour écrire "Pépère, le Vautour Percnoptère". Là où cela devenait plus compliqué, c’était quand il manquait de tout dans le frigo. Il m’est même arrivé de me déplacer à plus de 300 mètres à pied, avec mon plâtre, à cloche-pied jusqu’au magasin. Je m’accrochais pour toujours  garder les pieds sur terre  et ne pas déprimer tout au long de la journée, même si je me levais parfois du pied gauche. Non, je n'avais pas encore un pied dans la tombe !
Enfin, début décembre, j’ai pu reprendre le travail, d’arrache-pied ….
A ce jour, 11 mars 2018, il n'y a plus trace de cet accident, plus d'épine dans le pied, j'avance à petit-pas, chaussure à mon pied...

Chaussure coquette Caroline - collage et peinture

Création de ma fille Caroline durant mes cours de dessin pour les jeunes. 

Posté par ghislaine_let à 17:27 - Permalien [#]
Tags : , ,