23 mars 2020

Publication en 2020 : "Loups nous sommes, et de retour en France" - Copyright

2 loups se mordillent la gueule - dentition - Ghislaine Letourneur BD

Plus j’étudie la société des loups (c’est ainsi qu’il convient de les définir), plus je m’explique bon nombre de comportements humains. Deux années de recherche m’ont été nécessaires pour appréhender au mieux le lynx boréal, mais qu'en est-il pour les loups ?

4 années à me pencher sur divers outils de communication (livres, revues, films, documentaires), à m’inspirer de sources sûres, d’observations de terrain, scientifiques et d’éthologie, provenant de Jean-Marc Landry, et de Paul Emile Victor, après cela, je peux dire que je comprends de mieux en mieux le fonctionnement de ces prédateurs et leur rôle sur terre.

Cette année verra (enfin !), la publication de cet ouvrage de synthèse de 32 pages très illustrées « Loups, nous sommes, et de retour en France » (Copyright), puisque dans notre pays, il y a encore la problématique de la recolonisation du territoire !
Un vrai défi dirons-nous, car retenir l’essentiel dans un tel flot d’informations n’a pas été chose aisée. Cet ouvrage sortira donc « dans la douleur » après avoir encore été "contrôlé" par France Nature Environnement, Férus, 2 membres du Pôle Grands Prédateurs, un naturaliste connu, et un chargé de mission Natura 2000.

Naturellement, je ne manquerai pas de vous en dire plus quand le moment sera venu ! Honnêtement après, je me calme, je ne repars pas sur un travail aussi colossal !

Pourquoi les loups nous fascinent autant, c’est parce que nous leur ressemblons cruellement !

Posté par ghislaine_let à 18:09 - - Permalien [#]
Tags :


16 mars 2020

BIODIVERSITE = Faune + Flore + Bactéries

 Merci aux prédateurs et charognards

Merci aux prédateurs et charognards de faire leur travail de nettoyage dans la nature !
Les prédateurs interviennent sur la sélection naturelle en s'attaquant en priorité aux animaux faibles, malades, malformés. Ils participent ainsi à la bonne santé de leurs espèces proies.
Les chargonards peuvent consommer des cadavres en décomposition, animaux qu'ils n'ont pas eux-mêmes chassés, évitant ainsi la propagation de maladies. (Le loup et l'ours en font partie).
L'homme ne peut remplacer le rôle sanitaire que les prédateurs jouent dans leur écosystème respectif.

"Volontiers charognard, le renard participe également à l’élimination des animaux malades et des cadavres, évitant ainsi la propagation d’épidémies. De plus, il freine l’expansion de la borréliose de Lyme en éliminant les rongeurs, qui transportent les tiques vectrices de cette maladie" (cf ASPAS).

Une étude dans la revue scientifique «Sciences» démontre l’influence de la disparition des grands prédateurs sur l’abondance et la diversité des mammifères, des oiseaux, des amphibiens, des reptiles et des invertébrés. Il en découle aussi des conséquences désastreuses sur la propagation de maladies, le stockage du dioxyde de carbone, les cours d’eau et les récoltes. 

Posté par ghislaine_let à 14:02 - - Permalien [#]
Tags : , ,